Pleins feux sur les REEE

Épargner pour les études postsecondaires – Ce que les statistiques nous disent


Nous savons tous qu’élever des enfants est dispendieux. En 2015, MoneySense a estimé que le coût moyen d’élever un enfant se chiffrait approximativement à 13 366 $ par an, ce qui totalise 240 588 $ sur 18 ans. Cela représente pas mal d’argent. Cependant, alors que tout augmente, qu’il s’agisse de couches de bébés ou de droits de scolarité, rien ne nous empêche de planifier en préparation aux coûts élevés des études universitaires dans l’avenir.

Et les Canadiens le savent. Plus de Canadiens que jamais auparavant essayent d’épargner en vue des études collégiales. Que cela ait quelque chose à voir avec le coût croissant des droits de scolarité ou avec les histoires que nous entendons à propos des dettes énormes contractées par les étudiants.

Utiliser les REEE pour l’épargne-études

Alors que diverses options d’épargne sont offertes sur le marché, nous avons vu de plus en plus de parents investir dans un régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour épargner en vue des études postsecondaires de leurs enfants. Qui plus est, le montant qu’ils y investissent est aussi à la hausse. Selon le Rapport statistique annuel 2016 du Programme canadien d’épargne-études (PCEE), 51 % (ou 3,6 millions) d’enfants ont reçu la Subvention canadienne pour l’épargne-études introduite en 1998. En 2016 uniquement, les Canadiens ont cotisé 4,43 milliards de dollars à leurs REEE – soit une augmentation de 3 % par rapport à 2015.

 

Épargner plus grâce aux subventions gouvernementales

Les REEE sont certainement l’un des meilleurs investissements que les parents puissent faire, et cela pour une très bonne raison : les subventions gouvernementales. Le gouvernement fédéral peut en fait vous aider à épargner plus pour les études collégiales par l’intermédiaire de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE). En utilisant votre REEE, vous pouvez tirer parti de la SCEE qui sera égale 20 % des premiers 2 500 $ que vous cotiserez annuellement. Cela représente un total de 500 $ par enfant par an en subventions, jusqu’à concurrence de 7 200 $ sur 17 ans, qui est la période de temps sur laquelle vous pouvez recevoir la SCEE.

 

Le Bon d’études canadien – une subvention additionnelle

Les familles ayant un revenu plus faible peuvent être admissibles à recevoir d’autres fonds en faisant demande du Bon d’études canadien (BEC). Le BEC est une subvention additionnelle pouvant totaliser jusqu’à 2 000 $ par enfant et qui sera versée dans le REEE si l’enfant est admissible. Ces fonds sont gratuits étant donné qu’il n’est pas nécessaire de verser des cotisations dans un REEE pour les recevoir.

Malgré les avantages énormes qu’offrent les REEE, pas assez de familles ouvrent des REEE et font demande de subventions. Les statistiques recueillis par Emploi et Développement social Canada (EDSC) montrent que, dès 2008, seulement 16,6 % des familles admissibles participaient au programme du BEC. Mais nous avons de bonnes nouvelles, le nombre de familles qui profitent des subventions augmente de façon soutenue, et le gouvernement du Canada a enregistré que, en 2016, 34,7 % des enfants admissibles avaient bénéficié du BEC.

Lorsqu’il s’agit d’économiser de l’argent, chaque petite somme compte. Si vous ne tirez pas encore parti des incitatifs gouvernementaux pour rendre les études postsecondaires de votre enfant plus abordables, vous ratez le coche.

Établissez le régime du Plan Futé de votre enfant


Voulez-vous ouvrir un REEE flexible, conçu spécialement pour votre enfant?

Ouvrez un régime du Plan Futé dès maintenant

Centre d'apprentissage

Visitez notre Centre d’apprentissage pour en savoir plus sur l’épargne-études, notamment :

 
Aller dans le Centre d'apprentissage